mail: emilie[at]mysoul.fr
Twitter: @mysoulFR

[VIDEO] Latasha Lee, "Left Hand Side" & "Guess Who" (Jessie Belvinremake)

When it comes to Amy Winehouse, her smoldering Soul sound, her iconic image accentuated by a tumultuous life and fiesty personality , I'm usually quite narrow-minded with anyone trying to follow in her footsteps. No matter if your name is Lana Del Rey or even Beyoncé, you get no mercy from me if you dare borrowing something that she owned (whether it's her magnetism or one of her song). But let's say there's an exception to every rule, and newcomer Latasha Lee might be that one. On first look, she seems like the perfect fraud : same retro style make-up with that thick winged-out eyeliner, same tatoos, same slick and bluesy inspired tone, same love for vintage music. On second listen, with an impressive debut album filled with 10 beautifully orchestrated throwback Rhythm'n'Blues cuts, some vocal prowess echoing back to the greats who inspired her (Sam Cooke, Aretha Franklin, Etta James), she ironically proves to be the breath of fresh air we were all waiting for. The one with enough talent and confidence to be able to pick up the torch as the young disciple of an oldschool sound still so relevant nowadays.
Dès qu'il s'agit d'Amy Winehouse, de sa Soul incandescente et de son aura puissante, portée par une image aussi distinctive que sulfureuse, je suis habituellement la plus intransigeante des fans. Toutes les présomptueuses sirènes de la Pop et du R&B qui ont osé lui emboîter le pas tout en piétinant ses plates bandes, lui empruntant tantôt une part de son mystère et de son magnétisme (Lana Del Rey), tantôt son répertoire (Beyoncé) ont instantanément récolté mes foudres. Et pourtant, comme le dit l'adage, il y a parfois l'exception qui confirme la règle.

Au premier abord, Latasha Lee a tout de l'imposture, de celle qui tente éhontément de nous duper. Comme Amy, elle joue de cette voix chaude et grave, de ce phrasé un peu canaille, de cette gouaille bluesy pleine de caractère. Comme Amy, elle souligne son regard d'une couche épaisse d'eye-liner, comme Amy, ses bras couverts de tatouages lui donne ce côté baroudeuse, farouche ou fougueuse, bref, la touche de soufre nécessaire pour se construire une image assurée de marquer les esprits. Comme Amy, elle voue un culte à la musique des années 50/60, s'abreuve de cette nostalgie Rhythm'n'Blues pour en imbiber son oeuvre.

Ci-dessous, "Left Hand Side", morceau d'ouverture de l'album éponyme de Latasha Lee & The BlackTies. De la Soul aux fortes sonorités sixties, matinée d'une touche de Reggae, avec ce refrain clin d'oeil au "Pass The Dutchie" de Musical Youth.


Pour toutes ces raisons, Latasha Lee aurait dû rester camper dans son rôle de pâle copie, mais voila. La chanteuse a commis un premier album impeccablement produit, interprété avec la même grâce féline que son illustre modèle britannique, si modèle il y a. Car quand on l'interroge, Latasha se reconnait plus naturellement comme une disciple de l'ancienne école, celle des Sam Cooke, Aretha Franklin ou Etta James. Seule son admiration de Whitney Houston pourrait la relier à un registre plus contemporain, même si l'on perçoit parfois dans sa voix des réminiscences de Lauryn Hill ou de Faith Evans, voire, plus actuel encore, de Melanie Fiona. Quoi qu'il en soit, il s'agit bien là de la crème du genre Soul/R&B, une élite avec laquelle Latasha peut tout à fait tenir la comparaison.

Ci-dessous, une reprise d'un titre de Jesse Belvin, chanteur Soul des années 50 prématurément disparu à l'âge de 27 ans dans un accident de voiture.


On pourrait s'étonner d'ailleurs que Latasha Lee ait échoué aux auditions du X Factor américain, ne dépassant pas l'épreuve du boot camp lorsqu'elle a tenté sa chance à l'édition 2012 du célèbre show musical. Un échec qui s'avère aujourd'hui salutaire, puisqu'en lieu et place d'un opus probablement aussi stéréotypé que lisse, la jeune artiste, sous la houlette du producteur Salih Williams, a publié au printemps un album qui pourrait bien faire d'elle la révélation Soul indépendante de l'année, une agréable surprise similaire à celle que m'avait procuré un certain Allen Stone l'an passé. Tout est dit.


Plus d'infos sur Latasha Lee sur Facebook, Twitter et Soundcloud. Album "Latasha Lee & the BlackTies" disponible sur Itunes.






0 commentaires:

Postez un commentaire